Une analyse très complète de « Deux, pair et manque », roman court

C’est à ce jour mon neuvième et dernier livre édité, nov. 2015 aux éditions LC (Langlois Cécile) (voir ICI la page qui lui est consacrée et également certaines choses dans la catégorie « Plus sur mes livres ».

Voici un avis assez exhaustif d’un lecteur inconnu que je remercie, J.P..

 »

Tout d’abord, je commencerai en disant que j’ai aimé ce livre.

Pour cela, je vous remercierai de l’avoir écrit (d’une part), mais aussi d’avoir réussi à me le vendre, car sans votre contact et votre abord chaleureux, je ne l’aurai probablement pas acheté, étant pour ma part  …/ Lire la suite « Une analyse très complète de « Deux, pair et manque », roman court »

La mare hésite ( poésie)

2016-07-23 001

37 ème pièce poétique de ma série « La mare » sur atramenta.net ( ICI )

 

C’est l’entre-deux,

Juin va verser en juillet.

Après la canicule, parbleu,

Fraîcheur marque l’été.

——————————————–

Aux cieux, c’est la lutte

Entre le bleu, les gris- camaïeu.

Le soleil darde par intermittence.

Au milieu, l’ondée chahute

Le plan d’eau calme mais comme en souffrance.

———————————————

Froid et chaud s’affrontent,

Chacun l’emportant tour à tour,

Comme si l’un de l’autre avait honte,

Voulait le chasser pour toujours.

————————————————

Nul sur l’adversaire ne l’emporte

Là, où l’alternance reste forte.

C’est un jeu somme toute malicieux

Entre les éléments pour une fois vergogneux.

——————————————————-

La surface, dans l’ombre, semble vert sombre

Et s’éclaire aux rayons, devenant vert mousseux.

Le damier est d’étrange clarté,

Questionnant du promeneur le regard heureux.

C’est là l’une des surprises de l’été,

Qui certes l’honnête homme comble.

—————————————————–

Ainsi la vie mêle joies et peines

En ensemble bizarrement harmonieux,

Attendre les unes, vivre les deux

Et accepter le sort sans haine.

————————————————–

Voilà le beau précepte que la mare enseigne

À qui la comprend, pour que trop il ne geigne.

Odeurs suaves ( brève en prose)

Sortir. Un jour maussade. Le gris est dans l’air ambiant, dans le paysage, dans le coeur peut-être.

Descendre la rue familière quand, soudain, devoir lever les yeux, surpris.

L’odeur enivrante, capiteuse d’un lilas pousse à chercher sa source. Elle est là, loin, à soixante pas au moins.

Des grappes florales nombreuses, denses, surplombent le haut mur terne, recouvrent son sommet et se penchent même un peu par-delà, vers moi, inacessibles. Un splendide lilas blanc dont les puissants effluves me sont apportés par le vent vif de ce tout début de printemps qui remonte cette rue en boyau.

Regarder, interloqué, cette beauté, cet immense bouquet qui me sourit et dont, dans mes parcours quasi quotidiens, je n’avais pas encore remarqué la floraison. Lire la suite « Odeurs suaves ( brève en prose) »

Belle du Seigneur – Albert Cohen (brève de lecture)

Résumé (babelio)

« Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d’eux seuls préoccupés, goûtaient l’un à l’autre, soigneux, profonds, perdus. Béate d’être tenue et guidée, elle ignorait le monde, écoutait le bonheur dans ses veines, parfois s’admirant dans les hautes glaces des murs, élégante, émouvante, exceptionnelle, femme aimée, parfois reculant la tête pour mieux le voir qui lui murmurait des merveilles point toujours comprises, car elle le regardait trop, mais toujours de toute son âme approuvées, qui lui murmurait qu’ils étaient amoureux, et elle avait alors un impalpable rire tremblé, voilà, oui, c’était cela, amoureux, et il lui murmurait qu’il se mourait de baiser et bénir les longs cils recourbés, mais non pas ici, plus tard, lorsqu’ils seraient seuls, et alors elle murmurait qu’ils avaient toute la vie, et soudain elle avait peur de lui avoir déplu, trop sûre d’elle, mais non, ô bonheur, il lui souriait et contre lui la gardait et murmurait que tous les soirs ils se verraient. »
Ariane devant son seigneur, son maître, son aimé Solal, tous deux entourés d’une foule de comparses: ce roman n’est rien de moins que le chef-d’œuvre de la littérature amoureuse de notre époque.

Lire la suite « Belle du Seigneur – Albert Cohen (brève de lecture) »

La fin, les moyens : roman court historique, politique et social sur le féminisme naissant.

Claude colson : monilet@wanadoo.fr

claudecolson.wordpress.com

Bonjour à tous,

Ce mot pour vous aviser de la sortie de « La fin, les moyens », aux éditions Bernardiennes (B).

Présentation :

Ce roman très court, novella de 106 pages a eu une vie déjà mouvementée : premier éditeur fin 2013, 2 ième juillet 2016 et enfin celui-là. Lire la suite « La fin, les moyens : roman court historique, politique et social sur le féminisme naissant. »

Le regard (poème déjà ancien, hommage au petit Grégory V.)

(De la laideur qui peut aussi caractériser l’être humain…)

 

Le regard

(À Grégory V.)

Bientôt l’automne approche.
Le froid va durcir les roches.
Mais la nature s’offre un répit,
La rivière coule encore en son lit.

Le jour vient de poindre,
C’est la paix alentour. Lire la suite « Le regard (poème déjà ancien, hommage au petit Grégory V.) »

De la construction d’un roman court et généralités sur l’écriture et l’édition

Bonjour, lesite https://sherlockstlouisetc.wixsite.com/sherlockstlouisetcie me propose d’écrire un article sur l’écriture d’un roman, par ex., et je ne sais trop par où commencer… tant je me crois plutôt auteur atypique, enfin comme chacun peut-être :). Lire la suite « De la construction d’un roman court et généralités sur l’écriture et l’édition »

Reparution très proche de « La fin, les moyens »(novella)

Mon roman très court  : « La fin , les moyens » a eu une vie éditoriale mouvementée.

Sorti une première fois en octobre 2013, j’ai dû reprendre mes droits sur ce texte en décembre 2014. Un autre éditeur l’a repris et il est reparu le 17 juillet 2016. Malheureusement cette maison m’a récemment annoncé sa fermeture…

J’ai le plaisir de vous annoncer qu’il devrait ressortir sous un mois environ, accepté par le comité de lecture d’une sympathique maison belge : les   éditions Bernardiennes. Il s’agit d’auto-édition assistée, l’association regroupant des auteurs indépendants.

Édité jusqu’à ce jour  à compte d’éditeur par de petits éditeurs indépendants Lire la suite « Reparution très proche de « La fin, les moyens »(novella) »

Noire (poésie)

Silhouette of a funky female on a bright coloured abstract background
<a href= »http://fr.freepik.com/photos-vecteurs-libre/floral »>Floral de vecteur conçu par Kjpargeter – Freepik.com

 

 

Poésie tirée de « Toi-Nous », récit, publié en 2009 aux éditions Chloé des Lys (B)

voir http://www.editionschloedeslys.be/catalogue/334-toi-nous.html?search_query=colson&results=5

NOIRE

Noire ton image devant mes yeux

Noir le regard qui me sourit

Noir le cheveu, vif comme feu

Noire la vêture comme parure

Majestueuse et libre

Tu embrases mon désir

En moires noires

 

Entre deux tours… petites réflexions sur l’élection en général :

En préalable notons que le jeu, pour les élections présidentielles en France, a été -semble-t-il complètement faussé par les primaires ouvertes, dont les deux gagnants ont été éliminés au premier tour de l’élection « réelle ».

La solution (?) : les limiter à l’avenir au vote des seuls adhérents des partis en compétition ? Laisser les instances des partis désigner leur candidat ? D’autres voies ? Aux partis politiques de voir, même si la première option me paraîtrait plus juste.

En revanche, les débats d’avant premier tour, qui auraient dû être tous deux ouverts aux onze candidats, ont permis de les connaître un peu mieux, malgré la difficulté de l’exercice.

Ensuite, au lendemain d’un débat de deuxième tour sans grande hauteur – et c’est peu dire – il ne me paraît guère possible d’y échapper. Il sera ce qu’il sera, en fonction de la personnalité des finalistes, mais la tradition est bien établie chez nous , si l’on excepte le cas du scrutin de 2002, précédent factuel qui aujourd’hui en tout cas ne semble plus se justifier, s’il l’a jamais été.

Enfin, concernant les déferlements de prises de position qui inondent les réseaux sociaux, formulées avec plus ou moins de finesse, de tolérance, de politesse, elles me paraissent autant futiles qu’inutiles : on ne changera guère les convaincus et l’invective n’a jamais permis de gagner des sympathisants. On note d’ailleurs une accélération de ces vagues de prises de parti plus on approche du terme. Là encore , cela ne peut viser que les indécis en s’apparentant, selon moi, le plus souvent à des tentatives de manipulation.

Je tends à penser que les personnes censées ont à ce moment-là déjà fait leur choix, quel qu’il soit. Mais je sais bien que le cynisme est une des armes du combat politique : pour certains la fin justifie les moyens… et on ne les changera pas. 🙂

Bon vote ou non-vote, selon ce que votre conscience vous dicte !