Le marcheur de l’aube (mini nouvelle)

On l’avait repéré comme il effectuait chaque dimanche le même parcours, et on l’avait dénoncé.
Rond, râblé, avec un brin de calvitie, il sortait régulièrement vers six heures de son domicile, dans la petite ville, non loin du canal où étaient amarrées quelques péniches colorées. Le lendemain matin elles partiraient vers la Belgique avec leurs cargaisons diverses : textiles, céréales ou encore charbon.

On était peu avant le milieu des années soixante et le fuel n’avait pas encore supplanté le mode de chauffage antérieur.
C’était toujours à la même époque , d’octobre à mars environ, qu’il partait ainsi, tôt, alors que toute la ville achevait son sommeil. Çà et là lui venaient quelques relents de café ou de pain grillé, lorsqu’un autre matinal avait ouvert sa fenêtre pour aérer sa maison.

L’homme qui le suivait de loin, pour la deuxième fois, ce dimanche appartenait aux Renseignements généraux. Ses supérieurs, alertés, avaient été intrigués par les faits et gestes du marcheur de l’aube. Ils l’avaient envoyé à ses basques.
Rien, depuis deux semaines, rien. Aucun indice ne lui permettait de comprendre ce que faisait ce quidam suspect.      Après une vingtaine de minutes de marche il le voyait sortir une grosse clé de son manteau et pénétrer dans une bâtisse un peu lourde, en bord de rue, par une porte de côté. La serrure apparemment rarement manœuvrée couinait misérablement dans la rue vide.
Le dimanche précédent il l’avait vu ressortir au bout d’un quart d’heure puis il s’en était tranquillement retourné chez lui.
Un peu court pour rendre visite à une éventuelle maîtresse, songea notre agent.
Comme prévu, au bout de quinze minutes, l’homme rond réapparut et ajusta le col de son manteau. L’air était vif et le gel enserrait encore les quelques brins d’herbe des trottoirs.

Le policier l’aborda en présentant sa carte et lui demanda ce qu’il faisait de si bon matin seul dans la rue le jour du Seigneur.
Précisément, répondit le gros-homme. Je suis membre du Conseil presbytéral de l’Eglise réformée et j’ai la charge de venir allumer le vieux poêle deux heures avant l’office. Il fera bon quand les fidèles arriveront.

L’agent sourit, prit congé en serrant la main du « suspect » et s’éloigna à pas rapides. Il faisait moins cinq ce matin-là, avec un petit vent du nord très désagréable.

Publicités

2 réflexions sur “Le marcheur de l’aube (mini nouvelle)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s