Entre deux tours… petites réflexions sur l’élection en général :

En préalable notons que le jeu, pour les élections présidentielles en France, a été -semble-t-il complètement faussé par les primaires ouvertes, dont les deux gagnants ont été éliminés au premier tour de l’élection « réelle ».

La solution (?) : les limiter à l’avenir au vote des seuls adhérents des partis en compétition ? Laisser les instances des partis désigner leur candidat ? D’autres voies ? Aux partis politiques de voir, même si la première option me paraîtrait plus juste.

En revanche, les débats d’avant premier tour, qui auraient dû être tous deux ouverts aux onze candidats, ont permis de les connaître un peu mieux, malgré la difficulté de l’exercice.

Ensuite, au lendemain d’un débat de deuxième tour sans grande hauteur – et c’est peu dire – il ne me paraît guère possible d’y échapper. Il sera ce qu’il sera, en fonction de la personnalité des finalistes, mais la tradition est bien établie chez nous , si l’on excepte le cas du scrutin de 2002, précédent factuel qui aujourd’hui en tout cas ne semble plus se justifier, s’il l’a jamais été.

Enfin, concernant les déferlements de prises de position qui inondent les réseaux sociaux, formulées avec plus ou moins de finesse, de tolérance, de politesse, elles me paraissent autant futiles qu’inutiles : on ne changera guère les convaincus et l’invective n’a jamais permis de gagner des sympathisants. On note d’ailleurs une accélération de ces vagues de prises de parti plus on approche du terme. Là encore , cela ne peut viser que les indécis en s’apparentant, selon moi, le plus souvent à des tentatives de manipulation.

Je tends à penser que les personnes censées ont à ce moment-là déjà fait leur choix, quel qu’il soit. Mais je sais bien que le cynisme est une des armes du combat politique : pour certains la fin justifie les moyens… et on ne les changera pas. 🙂

Bon vote ou non-vote, selon ce que votre conscience vous dicte !

Élections présidentielles, France, 2017. Notule d’humeur.

j’ai 67 ans et il ne m’avait pas encore été donné de voir une campagne aussi lamentable : opportunisme, sectarisme, prévarication, « avantagisme », reniement de la parole donnée ( à droite et à gauche ou à gauche et à droite, selon affinités). Bref, c’est du chacun pour soi, point barre.

Peut- être (?) un peu moins (?) du côté des « petits candidats, qui de fait n’ont aucune chance ( et si c’est le cas, éventuellement même à cause de cela ?)

Quel crédit apporter aujourd’hui au discours des politiques ?

Crêtes 2600, rando en montagne (récit)

montagne2

   Deux heures de montée sous le cagnard, pas lent et balancé, rythmé, qui s’interrompt le moins possible, juste pour quelques pauses désaltération. Qu’elle est bienvenue l’eau, élément simple qui en montagne devient précieux, même inestimable !
Et bientôt c’est le chemin des crêtes, à peine vertigineux, plus reposant dans l’ensemble car les montées, plus douces, alternent avec les replats et descentes.
De chaque côté le spectacle fabuleux de quelques sommets enneigés. Déjà arrive la pause repas, là, au haut.
Goût incomparable des victuailles frugales montées à dos d’homme dans le sac qui tire un peu sur les épaules et fait jaillir au bas du dos une transpiration séchant presque aussitôt. Aujourd’hui,  le luxe d’avoir monté un mini thermos de café.
Le silence est quasi absolu, hormis le cri d’alarme d’une marmotte qui bientôt s’habituera à notre présence quasi immobile. Bourdonnement des insectes butinant les petites fleurs d’été. Soudain, trouant le silence, le bonjour d’un randonneur sur le sentier creusant une mince tranchée brune dans l’alpage. Je lève les yeux : dans le bleu au dessus des sommets, couronnés çà et là de gros nuages blancs cotonneux, le lent ballet de quatre ailes volantes tournoyant et se croisant dans les courants ascendants. Leurs ombres immenses courent sur les vallons.
Je quitte ma feuille du regard, interrompu par le pas lourd de deux marcheurs sur le sentier ainsi que par le cliquetis des bâtons de marche du premier. Déjà ils sont passés et gravissent la proche montée.
Il va être treize heures ; le vent est doux et chaud. Quelques oiseaux piaillent, seuls sons troublant à nouveau le calme total. Mais est-ce bien un trouble ?
À ces hauteurs le tapis vert est majoritairement parsemé des taches jaunes des boutons- d’or d’où émergent parfois de tendres petits bouquets bleutés : du myosotis. Il tranche avec le bleu très sombre des gentianes qu’on trouve plus bas se mariant au rose des rhododendrons.
Le myosotis, en allemand Vergissmeinnicht – Ne m’oublie pas. Quatre ans déjà que, par un empoisonnement médicamenteux, j’étais empêché de goûter cela et aujourd’hui, à nouveau, le bonheur ! Merci la vie.

Un salon du livre en Essonne (Montgeron) le 25 février.

affiche-montgeron

 

Ce samedi 25 février, de 10h à 18h, je serais présent au salon du livre de Montgeron,  organisé par la médiathèque du carré d’Art (2 rue des bois, Montgeron, 91 – Essonne) et proposerai mes 9 livres édités :

1 recueil de poésies, 4 novellas ou romans très courts (sentimental, sentimentalo-polar, historique ou encore biographique), 4 récits de vie sur la passion amoureuse ou l’amitié. (voir liste ici en haut à droite)

Je serai entouré de 17 autres auteurs , essentiellement « locaux » qui vous proposeront romans, poésies, essais, bandes dessinées, livres pour enfants, et seront ouverts à la discussion avec le public. Lire la suite « Un salon du livre en Essonne (Montgeron) le 25 février. »

Roman court sentimentalo-polar en promo !

Aimez-vous-la-danse-197x300Oyez, oyez : jusqu’à ce soir minuit « Aimez-vous la danse ? «  est en promo – ebook et papier – 2,39 et 8,36 euros  (- 20 %)
sur la boutique en ligne des éditions Hélène Jacob.

https://www.editionshj-store.com/collections/promotions-du-jour/products/aimez-vous-la-danse-claude-colson?variant=4067081155

((si intéressé-e, il y a par ailleurs 12 avis de lecteurs sur amazon)

Les primaires de la gauche, en France

man-159771_340

J’ai commis en son temps un article sur les primaires de la droite où je n’ai pas livré mes choix mais dénoncé le déferlement des haines qui s’instaurait, sur les réseaux sociaux en particulier, à cette occasion,

Je me sens poussé à écrire quelque chose à propos des primaires de la gauche, cet article risque d’être plus personnel,

Je suis né en 1949 dans un département que je chéris encore pour y avoir longtemps vécu, le Nord. Lire la suite « Les primaires de la gauche, en France »

« Ce blog avait (en fait, c’est a) deux ans ! »

anniv-9

Bonjour à tous,

C’est aujourd’hui un anniversaire : nous fêtons les 2 ans de ce blog,

Voici exactement 2 ans, en effet, sur les conseils précieux des éditions Hélène jacob, je l’ouvrais, complètement novice en la matière,

Depuis, il vit sa petite vie et je constate que certain(e) expriment même leur satisfaction, ce qui ne peut que me réjouir. Lire la suite « « Ce blog avait (en fait, c’est a) deux ans ! » »

Les « primaires » (de la droite et du centre)…

Eh oui, c’est d’actualité…

Ce qui me frappe, en particulier sur les réseaux sociaux, entre les deux tours, c’est le déferlement des prises de parti pour l’un ou l’autre, assorti souvent de propos haineux, parfois d’arguments plus ou moins valables, plus ou moins spécieux, presque toujours très tranchés dans l’optique de qui les profère.

Je ne sais si cela est de nature à convaincre, j’en doute ; peut-être quand même les moins éclairés, les plus frustes, ceux qui n’ont pas eu la chance de bénéficier du recul que donne une éducation de qualité.

Si c’était-là l’objectif visé, cela relèverait de la pure manipulation d’opinion et serait tout simplement abject.

Pour ma part, alors qu’approche l’heure du choix pour ceux qui veulent en faire un lors de cette élection précise (et les motivations des uns et des autres sont ou peuvent être très diverses), je préfère m’informer précisément, écouter les analyses posées, réfléchir, confronter les positions et faire in fine, quand l’heure sera venue, le choix qui me paraîtra à ce moment précis le plus rationnel.

En espérant ne pas avoir à le regretter ultérieurement, mais là, bien malin qui peut prédire l’avenir.

Bref, vous l’aurez compris, je n’aime pas le sectarisme, le suivisme aveugle.

P.S. : Ajouterais-je que quel que soit l’argument développé, surtout si c’en est un bon, on n’est pas obligé d’être « primaire » dans le ton. 🙂

« Quelle époque ! Quelles moeurs ! (Ô tempora ! Ô mores !)

Guignol

Enfonçons quelques portes ouvertes ; ça peut faire du bien (ça fait aussi moins mal à l’épaule) !

Quand on voit, dans ce qu’on nomme la droite, la cascade de ralliements tardifs au « champion » dont on croit qu’il a le vent en poupe, fût-ce au prix de reniements, quand on voit, dans ce qu’on nomme la gauche, actuellement aux affaires, des ex-ministres tirer à vue sur une politique qu’ils ont contribué à mener, quand également– dans un gouvernement qui en appelle à la cohérence et la cohésion – on voit la cacophonie régner publiquement, quand dans les deux camps les candidats à la candidature pullulent, à 8 mois de l’échéance, candidats qui bien entendu ont tous de grandes idées pour la France, on ne peut plus guère s’étonner :

– que les Français se détournent des partis installés ou de la politique en général, devenue largement non-crédible et incantatoire, se réduisant souvent à des promesses non tenues. Oui, je sais, il y a , a eu et il y aura la crise…
– que l’abstention progresse à folle allure.
– que la démocratie représentative soit mise en doute et ne satisfasse plus grand monde.
– qu’on ait tendance à se dire que le gâteau du « pouvoir » (pas tellement celui de faire, semble-t-il) est terriblement alléchant et que le terrain politique devienne le simple champ clos des affrontements des ambitions personnelles, pour certains même du Grand-Guignol.

C’était ma minute morose du vendredi. Puisse-t-elle ne pas durer éternellement !

( je souhaite que cet état d’âme ne donne pas lieu à échanges d’invectives entre partisans divers.)

 

La fin, les moyens- ed. Take your chance (roman court)

RECTO TYC(9)-page-001

 Ce livre, paru en septembre 2013, a eu un début de vie »avorté » en décembre 2014 suite à mes déboires avec le premier éditeur. C’était alors le cinquième édité ; ils sont à ce jour 9. Il reparaît en version papier (EAN 9782373510591) [au prix de 8 euros] et bientôt également numérique (ebook) -éditions Take your chance – revu et augmenté d’environ 10 %.

Catégorie du livre : roman court (novella), noir et historique. La version papier, de 84 pages, est au prix de 8 euros.

Mots clés : violence/société/culpabilité ? /féminisme/   politique/ engagement.

Thème :  cette fiction traite d’un accident de parcours du féminisme naissant, ici en France, en 1978.

C’est un roman  coup de poing (novella-thriller), avec pour cadre  un juge à la retraite qui libère sa conscience sur une affaire qu’il a eue à traiter et dont il fait le récit vivant. Le « roman » (fiction historico-documentée) est aussi socialo-politico-philosophique (ou moral) sur le thème : jusqu’où aller pour défendre une cause ?


Il dépeint le destin tragique de ces femmes qui vont être victimes autant de leurs convictions que des circonstances. Bien que je propose in fine une interprétation, à mon sens on devrait pouvoir conclure dans des directions très opposées .

 Paru le 15 juillet 2016, déjà disponible sur dilicom, fnac, decitre, amazon, abbooks, BOD, priceminister, librairie durance , chapitre ainsi que sur la plupart des librairies en ligne.

Pour la version numérique, à 4,99 euros, il faudra patienter un peu (écrit le 22/07). Notez que les 10 premiers téléchargements seront gratuits.

Texte de la 4 de couv. :

Fin des années 70 :

Vous êtes un homme, en France : la société vous suggère une place, un rôle.

Ceux qu’on vous assigne sont tout autre si vous êtes une femme : de fait, vous

êtes discriminée.

Certaines de ces femmes, résolues, ne s’en accommodent pas et passent à

l’action.

Quelle qu’elle soit !

Un combat à l’issue incertaine…

Cette fiction devrait inciter à réflechir sur les moyens employés pour défendre

une cause.

Jusqu’où peut-on, dans ce cas, légitimement aller ?

Vous trouverez également dans ce livre, noir et plein d’action, la peinture

sociale et politique d’une époque, pas trop éloignée encore, qui fut déterminante

pour le devenir de notre société.

 

achat papier amazon : ICI


P.S. :  une page de ce blog est également consacrée à ce livre (première édition),  colonne de droite, en haut, LIVRE  5 )